Poster un commentaire

Mohammed Ibn Abde l-Wahab et sa tentative d’assassiner son frère Soulayman

 Bismi l-Lahi r-Rahmani r-Rahim

  

 La louange est à Allah le Seigneur des Mondes , que Allah honore et élève davantage en degré notre maître Mouhammed l-Amîn et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’iIl craind pour elle .

 Le savant hambalite Ibn Homayd Al Najdi parle de Mohamed Ibn Abdelwahhab et de sa désapprobation par son père et son frère Souleymane il mentionne meme une tentative d’assassinat de Souleymane par son frère Mohamed Ibn Abdelwahhab, il dit qu’il faisait ça (assassiner) avec tout ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui. et ce dans son livre « al Sohoub al wabila âla dara’îh al hanabila = les nuages pleuvieux sur les tombeaux des hambalites » le texte qui nous intéresse est le suivant , voici son sens en français dont l’origine est en arabe dans les scans ci-dessus : 

…Et il est le père de Mohammed, le fondateur du mouvement dont les étincelles se sont répandues dans tous les horizons, mais il y a une grande différence entre eux. Mohammed n’a montré sa prédication qu’après la mort de son père.
Quelque uns de ceux que j’ai rencontré m’ont informé d’après les gens de science qui étaient à la même époque que ce Cheikh Abdelwahhab, qu’il était en colère après son fils Mohamed, pour la raison qu’il ne voulait pas s’occuper d’apprendre le Fiqh comme ses aïeuls, et il prévoyait en lui qu’il émane de lui quelque chose de blâmable, alors il disait aux gens : qu’est-ce que vous allez voir de Mohamed comme mal ! et il s’est passé ce qui s’est passé conformément au décret d’Allah.

Aussi son fils Souleyman, le frère du Cheikh Mohamed, il était contre lui dans sa Daâwa, et il l’a réfuté de belle manière, par des versets et des Hadiths, car celui réfuté (Mohamed) n’acceptait rien d’autre, et ne faisait attention à la parole d’aucun Savant, parmi les anciens ou les contemporains, qui qu’il soit, sauf Taqiy Eddine Ahmed Ibn Taymiya et son élève Ibn Al Qayim, car il considérait leurs propos comme texte n’acceptons aucune interprétation. Et il se contentait de ça parmi les gens, même si leurs propos étaient autre que ce qu’il comprenait.

Et le Cheikh Souleyman a nommé sa réfutation de son frère « Fassl Al Khitab fil rad âla Mohamed Ibn Abdelwahhab = le Discours tranchant dans la réfutation de Mohamed Ibn Abdelwahhab ». Et Allah l’a sauvé de son mal et sa ruse, malgré cet extraordinaire Chaos qui a horrifié même les lointains. Car ce qu’il (Mohamed Ibn Abdelwahhab) faisait quand quelqu’un diverge avec lui et le réfute et qu’il ne peut le tuer au grand jour, il lui envoi quelqu’un qui le tue dans son lit ou dans le marché, de nuit, parce qu’il considérait mécréant tout un qui est en désaccord avec lui et il voyait permis son assassinat.

On dit aussi qu’il y’avait un fou dans un village, et son habitude est qu’il frappe tout un qui se met en face de lui, même si il est armé. Alors Mohamed à ordonné qu’on lui donne une épée et qu’on le fasse entré dans la Mosquée là où se trouvait son frère Souleyman seul, alors on l’a fait entré, et quand Souleyman l’a vu il a eu peur de lui, mais le fou a jeté son épée et s’est mit à dire : Ô Souleyman n’y crainte, tu fais partie des gens sécurisés, et il s’est mit à répéter ça plusieurs fois.
Certes ceci est une Karama (un prodige)…

pages 275-276 du livre .

 
 
 
 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :